Si sa legitimite n’est plus contestee, l’annonce d’une maladie grave est i chaque fois un moment a part dans la relation medecin-patient

Si sa legitimite n’est plus contestee, l’annonce d’une maladie grave est i chaque fois un moment a part dans la relation medecin-patient

Lecture en 4 min.

jessica simpson dating football player

C’etait au debut des annees 1960. Claude Jasmin debutait aussi sa carriere de cancerologue. Avec un dogme au-dessus d’une tronche : en dire le moins possible au malade. Et, surtout, ne jamais dire la verite, ne jamais prononcer le commentaire cancer. Annoncer 1 cancer, on pensait aussi que j’ai ete contraire a la deontologie medicale. Mes medecins estimaient que nos malades ne pourraient jamais supporter une telle verite. Alors, on parlait de maladie i fond, de maladie du sang, raconte tout i l’heure ce medecin, devenu chef de service d’oncologie medicale de l’hopital Paul-Brousse, a Villejuif.

La verite est taboue, il ne fallait surtout jamais penser au patient qu’il etait atteint de telle ou telle maladie, reconnait lui aussi le professeur Vincent Meininger, chef du service de neurologie en Pitie-Salpetriere a Paris. Ce qui possi?de fera evoluer les trucs, c’est l’arrivee des traitements, ajoute-t-il. Meme s’ils n’ont jamais l’ensemble de une efficacite extraordinaire, il y a maintenant des medicaments contre la maladie d’Alzheimer, de Parkinson ou la sclerose laterale amyotrophique. Pokračovat ve čtení „Si sa legitimite n’est plus contestee, l’annonce d’une maladie grave est i chaque fois un moment a part dans la relation medecin-patient“